Rabiaa Mardi, un exemple de militantisme en faveur des causes féminines à Guercif

8 mars : Portraits de femmes distinguées

Armée d’une détermination inébranlable, la militante associative Rabiaa Mardi, universitaire retraitée, consacre tous ses efforts pour œuvrer en faveur d’une société marocaine basée sur le respect entre les deux sexes et libérée de la violence conjugale et de la discrimination sur base du genre social.

Présidente de l’Association Horizon vert pour le développement durable, l’environnement et les droits de l’Homme à Guercif, Rabiaa Mardi poursuit ainsi son combat dans le domaine associatif, de volontariat et de défense des droits de l’Homme, un long combat qu’elle a menée aux côtés de son mari, le regretté Driss Benzekri.

Aujourd’hui, l’actrice associative se consacre à la cause des femmes battues, des mères célibataires et des femmes et filles en situation difficile, qui frappent à la porte de l’association pour trouver un soutien et une écoute précieuse.

Rabiaa a confié à la MAP que, de retour à Guercif après le décès de son mari et son départ à la retraite, elle a remarqué que les femmes de cette région «souffrent de manière sensible de la violence de genre», ce qui l’a poussée à créer une association qui prend à bras-le-corps les causes féminines et des droits de l’Homme.

En effet, le centre «Touda» d’écoute et d’orientation juridique des femmes et filles victimes de violences, qui relève de l’association et que Rabiaa Mardi dirige, accueille principalement des femmes victimes de violences conjugales et familiales.

L’association met l’accent sur la sensibilisation de cette catégorie, ce qui se traduit par le nombre important de femmes ayant fait confiance en cette structure, compte tenu de l’expérience que le centre «Touda» a accumulé en matière d’écoute des femmes qui font face à divers problèmes et qui subissent plusieurs formes de violence physique et psychologique.

Pour la militante Rabiaa Mardi, cette action associative et cette aide apportée aux femmes violentées, les mères célibataires ou les enfants en situation difficile, fait office d’une «modeste contribution à l’édification d’une société démocratique moderniste».

«Le travail dans l’association consomme la plus grande partie de mon temps, en raison du nombre important de femmes qui se dirigent vers nous à la recherche d’un soutien moral, d’un conseil juridique ou d’une consultation médicale en vue de sortir des problèmes qu’elles vivent», affirme-t-elle.

Néanmoins, dit Rabiaa, l’association œuvre aussi en matière de formation des jeunes dans le but de favoriser l’émergence d’une «génération consciente et responsable envers la patrie et la société», à travers des sessions de formation et des activités éducatives dans les établissements scolaires et ailleurs, axées notamment sur les valeurs de citoyenneté et des droits de l’Homme.

Rabiaa collabore, en outre, avec nombre d’associations et organisations de défense des droits des femmes et de promotion de la culture d’égalité entre les sexes, ayant pour point commun d’œuvrer pour changer les idées reçues sur les femmes et venir en aide aux femmes victimes de violences.

A noter qu’en 2018, le centre «Touda» d’écoute et de conseil juridique des femmes et filles victimes de violences à Guercif a accueilli 139 femmes ayant subi des violences physiques, psychologiques, sexuelles, économiques, juridiques ou basée sur le genre, contre 90 cas en 2017.