Les projets territoriaux et les défis de développement local au centre d’un colloque à Guercif

22/12/2018 – Les projets territoriaux et les défis et perspectives de construction d’un nouveau modèle de développement ont été au centre d’un colloque organisé samedi à Guercif.

22/12/2018 – Les projets territoriaux et les défis et perspectives de construction d’un nouveau modèle de développement ont été au centre d’un colloque organisé samedi à Guercif.

Initiée par le conseil provincial de Guercif en partenariat avec le Centre Orient pour les études et les recherches, cette rencontre a été l’occasion de mettre en avant les potentialités naturelles, humaines et économiques dont regorge la plaine de Guercif et ses périphéries, d’offrir un espace de discussion et de concertation entre les différents acteurs institutionnels, privés et associatifs, et de présenter les expériences réussies à l’échelle nationale en matière d’élaboration et de mise en place des projets territoriaux.

Intervenant à cette occasion, le président du Conseil provincial de Guercif, Ahmed Azzouzi a indiqué que le choix du thème n’est pas fortuit au vu des défis que pose le développement local et la nécessité d’augmenter les capacités de la province tout en préservant les spécificités culturelles et naturelles de la région.

Les collectivités territoriales sont appelées à jouer un rôle économique et à contribuer à la création de la richesse, a-t-il affirmé, appelant à mettre en place des stratégies de planification efficientes et de nouveaux procédés de marketing territorial, le but étant d’attirer davantage d’investisseurs aussi bien marocains qu’étrangers pour booster la croissance économique et lutter contre le chômage des jeunes.

Pour sa part, l’enseignant chercheur à l’Université Mohammed Premier d’Oujda, Allal Zerouali a appelé à mobiliser les ressources humaines, notamment les jeunes, pour accompagner les chantiers de développement lancés au niveau local, et les impliquer dans les différentes politiques de la gestion de la chose locale.

Il a aussi appelé à mettre à profit les ressources et les orienter vers des secteurs à fort impact positif sur la population locale, déplorant la poursuite de la gestion classique adoptée par certaines communes, due notamment au manque d’organisation et au gaspillage des ressources et énergies.

M. Zerouli a par ailleurs tiré la sonnette d’alarme quant à la pénurie des ressources hydriques en raison notamment de l’urbanisation rapide et au problème des changements climatiques, d’où la nécessité de rationaliser l’utilisation de cette substance vitale.

De son côté, l’enseignant à la faculté polydisciplinaire de Taza, Abdelouahed Boubria, a souligné l’impératif de mener un diagnostic territorial pour déterminer les besoins en termes d’investissement, de développer le marketing territorial à même d’assurer la compétitivité de la province, et de mobiliser l’ensemble des acteurs dans le cadre d’une approche participative.