Le Conseil de la région de l’Oriental approuve son budget 2019 de près de 605,4 MDH

Oujda, 01/10/2018 – Le Conseil de la région de l’Oriental, réuni lundi à Oujda en session ordinaire, a approuvé à la majorité de ses membres le projet de budget au titre de l’année 2019, qui s’élève à 605.398.790 dirhams.

Dans une note de présentation des grandes lignes de ce projet de budget, le Conseil réitère la ferme volonté de concrétiser les objectifs de sa stratégie de développement de la région à travers la réalisation de plusieurs projets et programmes visant le renforcement de l’attractivité de la région, le développement des secteurs sociaux, l’amélioration de la compétitivité économique, en sus du renforcement des infrastructures de base, notamment en milieu rural.

La session, qui s’est déroulée en présence notamment du wali de la région de l’Oriental et gouverneur de la préfecture d’Oujda-Angad, Mouad El Jamai, a été marquée également par l’approbation de la programmation de l’excédent budgétaire estimatif évalué à un peu plus de 399 millions de dirhams.

Cette enveloppe sera affectée à la réalisation de projets de développement touchants les domaines économiques, social et des infrastructures.

Ainsi, et afin d’assurer une convergence entre les projets programmés et les chantiers rentrant dans le cadre du Programme de développement de la région (PDR), le Conseil régional s’attèle à structurer et à soutenir les acteurs économiques, à assurer un développement intégré et efficace des filières agroalimentaires, à promouvoir l’aquaculture et les secteurs du tourisme, du commerce et des mines, en plus de la mise en place d’un plan de marketing territorial.

Le Conseil a programmé dans ce sens des projets de grande importance au titre de l’exercice 2019, dont la création d’une plate-forme de valorisation des produits locaux en vue de leur conférer une valeur ajoutée et faciliter leur exportation, la mise à niveau des souks en milieu rural, et l’encouragement des entreprises dans leurs opérations d’importation et d’exportation à travers la programmation de voyages réguliers de porte-conteneurs depuis et vers le port de Bni Nsar (Nador).

Dans le volet social, les objectifs tracés par le Conseil consistent en l’amélioration des prestations de santé au profit des habitants de la région, le renforcement des secteurs de l’éducation et de la formation, de la culture et des sports, l’approvisionnement des provinces en eau potable et la généralisation de l’électrification, outre la consécration de l’équité sociale.

Parmi les projets ainsi programmés, il y a lieu de citer la construction d’un centre intégré de consultations médicales au CHU Mohammed VI d’Oujda, l’acquisition d’équipements médicaux et l’élargissement de l’offre scolaire.

Il s’agit aussi pour le Conseil de développer les services de transport et de logistique, d’accompagner les collectivités territoriales, de booster l’offre de formation professionnelle et de l’enseignement supérieur, de promouvoir la gouvernance régionale, outre l’intégration des dimensions liées à la migration et au développement de la coopération internationale.

Dans le domaine environnemental, le Conseil confirme son engagement dans la protection et la valorisation des ressources hydriques et énergétiques, la lutte contre les inondations, la désertification et l’érosion, ainsi que dans la réhabilitation des écosystèmes forestiers, la valorisation des aires protégées, le recyclage des déchets, et dans bien d’autres programmes à caractère multidimensionnel.

Dans une déclaration à la MAP, le président du Conseil de la région de l’Oriental, Abdenbi Bioui, a indiqué que cette session se tient à un moment très particulier puisqu’elle coïncide avec le mi-mandat du Conseil, offrant ainsi l’occasion d’évaluer le bilan des réalisations du Conseil au cours des trois dernières années, et de mener une réflexion sur les perspectives à venir.

Par ailleurs, le Conseil a approuvé notamment une convention signée avec une société de transport maritime en vue de conforter les échanges commerciaux entre le port de Bni Nsar et les autres ports internationaux, ainsi qu’une convention cadre pour l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan régional de lutte contre l’analphabétisme.