Le CNEJ procède à Oujda à l’installation de sa nouvelle représentation dans la région de l’Oriental

14/12/2018 – Le Conseil national des experts de justice (CNEJ) a procédé, vendredi à Oujda, à l’installation de sa nouvelle représentation au niveau de la région de l’Oriental en présence d’une pléiade d’experts, d’avocats et de responsables judiciaires.

14/12/2018 – Le Conseil national des experts de justice (CNEJ) a procédé, vendredi à Oujda, à l’installation de sa nouvelle représentation au niveau de la région de l’Oriental en présence d’une pléiade d’experts, d’avocats et de responsables judiciaires.

Cette restructuration vise selon le président du CNEJ, Driss Raouh, à imprimer une nouvelle dynamique au Conseil, à débattre des contraintes auxquelles font face les experts judiciaires et à accompagner les grands chantiers du Maroc, plus particulièrement celui de la réforme de la justice.

Le CNEJ, qui regroupe quelque 3.334 experts à l’échelle nationale dont 129 à Oujda et 30 à Nador, se veut le porte-parole principal de ce métier auprès de la famille de la justice, a fait savoir M. Raouh, ajoutant que cette rencontre, la première du genre au niveau de la région de l’Oriental, vise entre autres à sensibiliser sur l’importance de l’exercice des activités d’expert judiciaire régies par les dispositions de la loi 45-00 du 22 juin 2001 et son décret d’application n° 2-01-2824 du 17 juillet 2002.

Le président du CNEJ n’a pas manqué de saluer l’approche participative adoptée par le ministère de la Justice au sujet de la révision de la loi 45-00 et dans l’élaboration de son schéma directeur.

Pour sa part, le vice-président de la Cour d’Appel d’Oujda, Addi Ouarda, a indiqué que l’expertise judiciaire, qui se doit de respecter les principes d’impartialité, de responsabilité et d’objectivité, constitue un élément très important à même d’assurer la transparence et l’efficience judiciaire.

Et d’ajouter que l’expertise judiciaire porte sur une multitude de domaines, dont notamment l’urbanisme, les accidents de travail, les maladies professionnelles, les affaires familiales, l’immobilier ou encore l’exploitation agricole, notant que le verdict est un « produit » auquel les experts judiciaires prennent également part.

De son côté, le substitut du procureur général du Roi près la Cour d’appel d’Oujda, Tarik Sabri a relevé que l’expertise judiciaire permet aux juges de prendre connaissance du côté purement technique des différentes affaires afin de lutter efficacement contre les crimes.

Sur fond des évolutions technologiques effrénées que connait le monde d’aujourd’hui, il y a nécessité de recourir à l’expertise spécialisée pour avoir une meilleure compréhension du dossier présenté, a-t-il dit.

A cette occasion, il a été procédé à la présentation du site web du CNEJ, qui regroupe, entre autres, une série de textes se rapportant à l’expertise judiciaire et une rubrique dédiée spécialement aux lois et législations intéressant l’expert de justice, un contenu susceptible de faire l’objet d’actualisation en cas de besoin.