Confinement: 27% des femmes surchargées par les tâches ménagères

En période de confinement sanitaire, 27% des femmes ont déclaré être surchargées par les tâches ménagères qui concernent tout le ménage, contre 9% des hommes, fait savoir le Haut-commissariat au plan (HCP) dans un rapport publié en partenariat avec l’ONU Femmes.

« La conciliation entre les tâches ménagères et l’activité professionnelle a été plus difficile pour les femmes en raison de la charge accrue des responsabilités au sein du foyer », explique le rapport d’analyse genre de l’impact de la pandémie Covid-19 sur la situation économique, sociale et psychologique des ménages.

Les femmes vivant dans les ménages avec trois enfants, sont plus nombreuses à déclarer avoir des difficultés à concilier activité professionnelle et travaux domestiques (31% contre 18% pour les ménages sans enfants), ajoute la même source.

Par milieu de résidence, il ressort qu’il a été plus difficile pour les cadres supérieurs en milieu rural, comparés à leurs homologues de l’urbain, de concilier les tâches domestiques avec le travail professionnel (57% et 28%), ainsi que pour les employés (47,5% et 26%).

Par contre, pour les exploitants agricoles, les difficultés sont moins accentuées pour la femme rurale, soit un pourcentage de 21%, relève le rapport, expliquant que dans l’exercice de l’agriculture, principale activité en milieu rural, les femmes ont l’habitude de concilier tâches agricoles et tâches domestiques.

« Il apparaît donc que malgré le confinement qui a conduit les hommes à rester également à domicile, ceux-ci n’ont en général pas aidé les femmes dont les tâches à exécuter se sont accrues car les enfants ne vont plus à l’école », fait observer la même source.

Ainsi, dans la plus grande partie de la population, les habituels partages des tâches ont été maintenus (voire aggravés), y compris en milieu urbain où le risque de surcharge augmente (plus de préparations à exécuter à domicile du fait de la fermeture de certains services).

Le risque de surcharge augmente avec la taille du ménage et avec l’âge des enquêté(e)s, fait remarquer le rapport, ajoutant que les tâches ménagères sont assumées par les jeunes filles et les femmes adultes, mais les personnes âgées (les grands- parents par exemple) en sont exemptées.

Réalisé sur la base des résultats de son enquête sur l’impact de la pandémie COVID-19 sur la situation économique, sociale et psychologique des ménages, ce rapport s’inscrit dans le cadre du programme de partenariat entre le HCP et ONU- Femmes intitulé « Les Femmes Comptent » dont l’objectif est de promouvoir un environnement institutionnel favorable à la production, la dissémination et l’utilisation des statistiques sensibles au genre, renforcer la production de statistiques sensibles au genre et appuyer la diffusion et l’accessibilité des statistiques sensibles au genre auprès de l’ensemble des utilisateurs au Maroc.

 A partir d’informations réunies grâce à deux enquêtes réalisées par le HCP auprès des ménages pendant et à la sortie du confinement, ce rapport analyse les conséquences de la crise sanitaire ainsi que des diverses dispositions prises pour en atténuer les effets. Il met en exergue la dimension genre dans l’acuité du vécu de la crise et les bénéfices tirés des politiques publiques palliatives implémentées.